Oui je sais c’est vache. Mais je suis vache. Non mais sérieusement, ça ne vous file pas la gerbe ces mères parfaites qui ne vivent que par et pour leurs gosses?? Elles n’ont eu aucune vie avant et n’en auront pas?

 

Je suis sidérée, catastrophée quand je vois sur facebook ça :

Prés de 900 partages pour cette niaiserie sans nom! Cette daube aux relents de « droite catho Marie-Chantal ».

 

Où sont nos grand-mères qui ont brulé leur soutif’? Où sont celles qui ont galéré pour avoir le droit de travailler sans l’autorisation de leur mari? Celles qui n’ont pas eu le droit de choisir d’être ou ne pas être mère? Celles à qui la vie, la société, les moeurs imposaient un destin. Celui de n’avoir que des enfants.

 

Rappels féministes assumés  :
1965 :  Les femmes mariées peuvent exercer une profession et ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur mari. <– Mes grand-mères ont dû avoir l’autorisation de leur mari pour travailler! Quand ma mère est née, une femme n’avait toujours pas le droit de travailler sans autorisation!
1967 : Loi Neuwirth autorise la contraception <– Ah ben je comprends mieux le nombre incroyable d’enfants qu’ont eu mes grand-mères, elles n’avaient pas le droit à la pilule… Encore moins à l’avortement!
1975 : – Loi Veil pour l’Interruption Volontaire de Grossesse – IVG <— soit 40 ans seulement!Ma mère est plus vieille que ça!
1982 : L’IVG est remboursée par la Sécurité sociale <– Je suis née peu après tiens… Comme quoi c’est vraiment récent!

 

On est en 2016 les filles! Maman n’est pas le plus beau métier du monde. D’une part, on n’est toujours pas payées pour l’être. Et d’autre part, sous n’importe quel angle que vous regardiez, d’autres métiers (de vrais métiers) font beaucoup mieux!. Non vraiment, quand vous êtes mère, vous faites quoi? Vous donnez la vie à une, deux, aller soyons folles, cinq personnes? Sérieux? Les toubibs urgentistes sauvent des vies chaque jour, chaque nuit. Les sage-femmes font naitre des dizaines d’enfants. Mère? Une broutille!

 

Vous élevez vos gamins? Wow. Super. Comme tous les parents. Comme toutes les assistantes maternelles, qui en élèvent beaucoup plus, en plus des leurs, bien sûr. Vous leur apprenez la vie? Magnifique… Comme les profs, et tous les moniteurs et animateurs péri-scolaires. Comme toutes les tantes, tous les oncles, tous les grand-pères, toutes les grand-mères…

 

Bref, ce que vous faites c’est juste normal, il n’y a aucune fierté à avoir en particulier. Par contre il y une honte à n’avoir aucune autre vie que celle de maman. Tant de femmes se sont battues par le passé pour que vous ayez le choix! Tant de femmes sont asservies dans le monde pour n’être que des mères! C’est un devoir de ne pas être que mère. Un devoir envers ces femmes du passé et du présent. Je ne dis pas qu’il faut avoir un travail forcément. Mais se définir, se revendiquer, se glorifier de n’avoir d’autre vie que celle de ses enfants, c’est une honte pour le passé, pour le présent et pour l’avenir.

 

Si nous, femmes de 2016, revendiquons de ne vivre que par nos enfants, que transmettons-nous à nos enfants? Nos filles auront-elles envie de faire autre chose? Auront-elles d’autres modèles? Leur proposerons-nous un autre modèle? Et nos fils?? Verront-ils dans leurs femmes, dans les femmes de leur génération, autre chose que des futures mères?? Imagineront-ils que leur petite copine, leur femme, puisse travailler? Puisse ne pas avoir envie d’avoir des enfants? Puisse être des femmes, des scientifiques, des économistes, des citoyennes AVANT d’être mère. Et surtout de le rester aprés!

 

Il y a de la fierté à être prof. A transmettre ce que notre histoire a écrit, ce que la science a posé, ce que la philosophie a compris (ou pas). Il y a de la fierté à soutenir nos petits vieux dans les mouroirs (oui je sais, on dit une maison de retraite… Mais vu ce qu’il s’y passe… 100% de ceux qui y vivent meurent), à aider nos handicapés, à soigner nos malades, à nourrir nos enfants et arrêter nos criminels. Il y a de la fierté à conseiller son voisin, proche ou lointain, sur le meilleur poisson, la meilleure cuisson pour ce jarret de boeuf, ou le melon le plus parfumé. Il y a de la fierté à aider les autres, à leur apporter quelque chose. Et les autres, ce n’est pas son cocon où l’on s’enferme parce qu’on s’y sent en sécurité. Les autres, ce sont ceux qui vivent autour de nous, que l’on ne connait pas, mais qui prennent tous les jours leur pain chez nous, ou que l’on croisent pour la première fois au marché. Celui à qui on apporte quelque chose et qui le redonnera loin de nous à quelqu’un autre.

 

Bref! Tout cela ne m’évoque qu’une chose!

Fuck you perfect mothers
Fuck you perfect mothers!

 

Oui parfaitement! C’est grossier, outrancier, mais libérateur et sincère! Moi, je suis fière d’être une femme. Une femme indépendante et autonome. Qui ne fait pas peser sur sa progéniture la responsabilité de son bonheur. Ni sur sur son homme d’ailleurs.

Je suis indépendante, libérée, délivrée (Je ne mentirai plus jamais …) sauf du RSI et de l’URSSAF, et je vous emmerde pseudo-mères parfaites, handicapées du bonheur sain, amputées de l’autonomie. Je suis complète à moi seule. Je suis saine et équilibrée seule. Je suis devenue mère par surprise, j’ai perdu pied parce que j’ai dû retrouver un nouvel équilibre et réussir à me redéfinir sans lui, malgré lui, pour lui.

 

J’aime inconditionnellement mon fils, et c’est pour cela que je ne ferais JAMAIS reposer mon bonheur sur lui. La responsabilité  de mon bonheur et de mon équilibre est de MON ressort! Ce ne doit pas être un poids, même inconsciemment, pour un gamin. Ne pas se définir autrement que par rapport à ses gamins, c’est une injure à son propre passé et à l’avenir de ses gamins.

 

 

 

Ah, vous aurez remarqué que j’ai pris soin de ne pas citer la page qui m’a fait gerber. Et que je ne me suis pas appesantie sur l’orthographe, ou plutôt la grammaire hasardeuse de cette facebookienne… Qui en plus s’amuse de la réforme d’orthographe… Mais bien sûr…  » Combien de mam’s encore réveiller ? Aime ce statut pour signalée ta présence.  » Mes yeux saignent du fond et de la forme de cette page…

Partagez-le!